Histoire coloniale et postcoloniale

L’assassinat d’Henri Curiel

publié le 3 mai 2019
Une plaque qui ne dit rien des auteurs du meurtre d’Henri Curiel :
vérités évidentes, justice empêchée

Il y a quarante ans, le 4 mai 1978, Henri Curiel était assassiné à Paris. Suite à la délibération adoptée le 16 novembre 2018 par le Conseil de Paris, une plaque qui ne dit rien des auteurs de ce crime va être apposée non loin du lieu de son assassinat. La question de la recherche des responsables n’y est même pas posée. Pourtant, pour la journaliste Sylvie Braibant, nous savons de quel côté chercher les assassins. Mais, au nom du secret défense qui empêche la justice de regarder du côté du général Aussaresses et du président Giscard d’Estaing, les exécutants et les décideurs ne sont toujours pas désignés.

 
Une plaque a été apposée
à Paris
à la mémoire d’Henri Curiel

Le 25 avril 2019, à l’entrée de la rue Rollin, dans le 5e arrondissement de Paris, où Henri Curiel a été assassiné, une plaque a été apposée à sa mémoire. Son meurtre, le 4 mai 1978, a fait suite à une campagne de presse déclenchée par l’hebdomadaire « Le Point » sur le thème : « Henri Curiel, le patron des terroristes ». Ci-dessous l’intervention de son fils, Alain Gresh, lors de cette inauguration, et une émission de « France inter » de 2015 faisant état de la volonté de la famille de voir aboutir l’enquête, qui a été réouverte en janvier 2018.