Histoire coloniale et postcoloniale

1945-1962

publié le 14 mars 2020
 
« je vous ai compris ! »

le discours du 4 juin 1958 de de Gaulle à Alger.

 
un enfant de la guerre

la guerre d’Algérie vécue par un jeune Algérien

 
contrôle des morts et des vivants en Kabylie, par Si Hadj Abdenour

un « événement marquant de la vie d’un petit enfant insouciant »

 
Algérie/France : il n’y aura pas de véritable réconciliation si la vérité n’est pas dite

le témoignage d’un ancien appelé, encore blessé par ce qu’il a vécu au cours de la guerre d’Algérie

 
Jacques Cros, un appelé de la guerre d’Algérie

quelle connerie, cette guerre !

 
Un colloque à Oran, en hommage à Mohammed Harbi

pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui, il faut relire de façon critique ce que nous avons fait hier

 
retour à El Bayadh pour Xavier Jacquey

cinquante ans après, il a revu les lieux de ses anciennes infirmeries de Kef Lahmar et des Arbaouat, et quelques-uns de ses anciens patients

 
pour la CEDH, la France doit regarder son passé en face

la Cour européenne des droits de l’homme condamne la France, au nom de la liberté d’expression, dans l’affaire qui l’opposait aux éditeurs du livre où le général Aussaresses évoque et justifie la torture

 
un tournant de la guerre d’Algérie : le discours de de Gaulle sur l’autodétermination, par Benjamin Stora

par son discours du 16 septembre 1959, de Gaulle lève l’ambiguïté de son attitude face au conflit et lâche le mot tabou d’ « autodétermination »

 
l’internement en France pendant la guerre d’indépendance algérienne, par Sylvie Thénault

le recours à l’internement, versant policier de la guerre, pour tenter de neutraliser les nationalistes algériens et leurs sympathisants

 
Bachir Hadjadj appelé du contingent, par Hélène Bracco

28 mois sous l’uniforme de l’armée française

 
“des hommes dans la guerre d’algérie”

un album d’Isabelle Bournier et Jacques Ferrandez

 
les appelés en Algérie et le putsch d’avril 1961

dans leur grande majorité, les appelés du contingent ont, activement ou passivement, refusé de suivre ceux de leurs chefs qui ont voulu s’engager dans le putsch

 
ils ont su garder des réactions humaines …

le comportement des appelés pendant la guerre d’Algérie a été très variable, selon la prise de conscience, la situation, les événements...

 
l’Humanité censuré, 1954-1962

une page noire de la liberté de la presse

 
Jean Lacouture : le combat des européens “libéraux”

c’est le mot d’« honneur » qui revient sous la plume de qui essaie d’évoquer leur action

 
D’Ismaÿl Urbain à Albert Camus : réformistes et libéraux dans l’Algérie coloniale

rencontre, samedi 13 avril 2013, à l’Institut du monde arabe

 
Gaston Revel, instituteur communiste en Algérie (1936-1965)

l’engagement, les combats d’un instituteur de la République, adversaire résolu de la colonisation

 
en Algérie, le courage c’était de rester fidèle aux valeurs de la République

un entretien avec Michel Lambart, vice-président de l’association “Les Amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons”

 
Mohand Said Lechani

le parcours d’un berger des montagnes de Kabylie devenu instituteur « indigène »

 
Les débuts de la guerre : la responsabilité des politiques

les politiques doivent reconnaître leur responsabilité dans la conduite de la guerre d’Algérie dont ils s’étaient déchargés sur les militaires

 
Camus, Roblès et Fernand Iveton, par Christiane Chaulet Achour

il y a 57 ans, le 11 février 1957, Fernand Iveton était guillotiné

 
Lucette Hadj Ali est morte

une militante de l’indépendance de l’Algérie

 
une combattante, une sœur, Fanny Colonna

décédée en France, elle sera inhumée en Algérie

 
L’enseignement primaire en Algérie coloniale

en 1961, plus des deux tiers des enfants algériens n’étaient pas scolarisés

 
Hadjira, par Claire Mauss-Copeaux

une résistante algérienne

 
Algérie : un état des lieux en 1954, par Michel Winock

Une fiction existait : l’Algérie était française...

 
le putsch d’avril 1961

un quarteron de généraux en retraite tente de prendre le pouvoir à Alger, pour s’opposer à la politique algérienne du général de Gaulle.

 
la guillotine et la guerre d’Algérie

de 1954 à 1962, au nom de la lutte contre la “subversion” du FLN, au nom du rattachement de l’Algérie à la France qui interdisait d’y appliquer le droit de la guerre et de considérer les nationalistes comme des combattants, la justice française prononça plus de 1 500 condamnations à mort

 
guerre d’Algérie : combien de victimes ? L’apport de Charles-Robert Ageron

un hommage de Gilbert Meynier à Charles-Robert Ageron

 
Les enseignants français en Algérie 1945-1965, par Aïssa Kadri

et quelques chiffres concernant la scolarisation à l’époque de l’Algérie coloniale

 
guerre des images, guerre sans image ? par Marie Chominot

pratiques et usages de la photographie pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962)

 
Marc Ferro : « pour les populations colonisées, la présence coloniale a été négative »

l’historien évoque son parcours dans l’Algérie des années 1948-58

 
“l’Algérie, c’était la France” ... sans blague ?

Sylvie Thénault publie un nouvel ouvrage traitant des idées reçues sur la guerre d’indépendance algérienne

 
Mitterrand, un passé algérien

un des responsables de la politique répressive conduite en Algérie