Les Européens d’Algérie et leur exode

publié le 5 décembre 2019
Les Français d’Algérie, par Andrée Pierre-Viénot

Ce texte d’Andrée Pierre-Viénot [1], membre du comité central de la Ligue des droits de l’Homme, a été publié dans le numéro de mai 1961 du Bulletin national de la LDH [2].

 
Mémoire devant l’hexagone, par Raoul Girardet

Un texte de Raoul Girardet [3] publié en 1962 dans la revue l’Esprit public, et repris trente ans plus tard dans Valeurs actuelles
 [4].

 
Marc Ferro : les rapatriés d’Algérie

Vous trouverez ci-dessous un extrait de l’Histoire de France, de Marc Ferro, publiée en 2001 (éd. Odile Jacob) [5].

 
L’arrivée et l’installation des Pieds-Noirs à La Seyne-et dans le Var en 1962, par G. Crespo

Un exposé de Gérard Crespo, docteur en histoire, au colloque organisé le 16 novembre 2002 par l’association pour l’Histoire et le Patrimoine Seynois.

Nous remercions l’association Histoire et Patrimoine Seynois [6] de nous avoir permis de reprendre l’exposé de Gérard Crespo ainsi que le débat qui l’a prolongé publiés sur http://www.histpat-laseyne.net/ dans les actes du colloque [7].

 
Algérie 1962 : de quoi les Pieds-noirs ont-ils eu peur ?

Lundi 26 mai 2008, la Ligue des droits de l’Homme avait organisé un débat sur ce thème, à partir du film Algérie, Histoires à ne pas dire de Jean-Pierre Lledo, et du reportage « Sans valise ni cercueil, les Pieds-noirs restés en Algérie » de Pierre Daum et du dessinateur de presse Aurel dans Le Monde diplomatique de mai.

Plus de 200 personnes s’étaient retrouvées à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville (Paris) pour assister et participer au débat animé par Georges Morin, président de l’association Coup de soleil,
avec Pierre Daum, Mohammed Harbi, Jean-Pierre Lledo, Gilles Manceron et Benjamin Stora.

A propos du film « Algérie, histoire à ne pas dire », Mohammed Harbi, Benjamin Stora et Gilles Manceron ont eu l’occasion de préciser leurs positions.

Les échanges ont été parfois vifs et passionnés. Nous en avons retenus deux témoignages. Vous trouverez sur ce site celui de la cinéaste Dominique Cabrera qui propose des éléments de réponse à la question posée, et qui évoque, à travers ses souvenirs d’enfance et les rencontres qu’elle pu faire à l’occasion de ses déplacements en Algérie, la situation d’européens qui sont restés en Algérie après l’indépendance.

Le rôle extrêmement négatif de l’OAS a été souligné par plusieurs intervenants, et notamment par Jean-Pierre Gonon. Ce dernier, avocat au Barreau d’Alger de 1955 à 1961, membre de l’équipe des libéraux de l’Espoir Algérie et membre fondateur de l’Association France Algérie, nous a adressé le texte que vous trouverez ci-dessous. Il rappelle la directive n° 29 du général Salan, publiée le 23 février 1962, dont nous reprenons la présentation qu’en a faite Yves Courrière.

 
L’arrivée des pieds-noirs en Roussillon en 1962

La fin de la colonisation française de l’Algérie a eu un retentissement important dans les Pyrénées-Orientales. Les polémiques qui ont accompagné la construction, à Perpignan, d’un Centre de documentation sur la présence française en Algérie, montrent que la page n’a pas encore été vraiment tournée dans un département où les rapatriés ont été nombreux à s’installer.

Le livre de Philippe Bouba, fils et petit fils de Pieds-Noirs, L’arrivée des Pieds-Noirs en Roussillon, en 1962, est le fruit d’une initiation à la recherche effectuée dans le cadre du Master Sciences de l’homme et humanités de l’Université de Perpignan Via Domitia.

Philippe Bouba, L’Arrivée des Pieds-Noirs en Roussillon en 1962, éditions Trabucaire, 178 pages. 15€.

 
Les barricades d’Alger : une déclaration de guerre à l’État et le début d’une guerre civile

Le discours du général de Gaulle annonçant, le 16 septembre 1959, « l’autodétermination » pour l’Algérie avait mis en alerte les partisans de l’Algérie française. Suite à une interview donnée à un journal allemand, le général Massu, commandant du corps d’armée d’Alger, est rappelé à Paris le 22 janvier 1960. A Alger, les activistes s’enflamment, élèvent des barricades... Le 24 janvier, des tirs de fusils-mitrailleurs dirigés contre des gendarmes mobiles font de nombreuses victimes parmi les forces de l’ordre. Un camp retranché est installé au centre d’Alger au nom de l’Algérie française... Mais, n’ayant pas bénéficié du soutien espéré, la rébellion fera long feu [8].

A l’heure où la mémoire de la guerre d’Algérie est l’objet de diverses tentatives de récupération politique [9], nous reprenons ci-dessous le témoignage de Jean Sprecher qui a vécu ces événements et pour qui « les Barricades de janvier 1960, avec leur bilan tragique, apparaissaient comme la déclaration de guerre à l’Etat, et le début de la guerre civile qui allait couver quelque temps, mûrir dans l’ombre, tenter un nouvel essai en décembre 1960 et éclater enfin quelques mois plus tard, en avril 1961, quand des généraux convaincus de tenir l’armée en main, crurent cette fois le moment venu pour déclencher un putsch, en garder la maîtrise et en assurer le succès. » [10]

Nous complétons ce document avec un extrait de l’éditorial publié par Le Monde le 26 janvier 1960.

[Mise en ligne le 15 janvier 2010, complétée le 27]


 
“Pieds-noirs, la mémoire dans la peau”, par Laurent Theis

Laurent Theis expose comment, « après avoir incarné le fleuron de l’Empire français », ils furent 800 000, au printemps 1962, à fuir « leur terre », « sans comprendre pourquoi » et « avec leurs seuls souvenirs pour envelopper leur deuil » [11].

 
Alistair Horne : « La terre brulée et l’exode »

La folle semaine qui a suivi l’entrée en vigueur des accords d’Evian, et au cours de laquelle l’OAS a fait la guerre à l’armée française, s’est terminée par la fusillade tragique de la rue d’Isly, le 26 mars 1962. D’avril à juin 1962, en dépit des arrestations de ses chefs (Jouhaud le 25 mars, Degueldre le 7 avril et Salan le 20), l’organisation terroriste a multiplié les violences envers les Algériens, faisant régner un climat de terreur notamment à Alger. Ce qui a contribué à pousser plusieurs centaines de milliers de pieds-noirs à un exode affolé. Alistair Horne dans son Histoire de la guerre d’Algérie en fait la relation reprise ci-dessous [12].

 
Jacky Malléa, de Guelma aux Pyrénées Orientales

Jacky nous a adressé son témoignage.

 
“Ni valise ni cercueil”, de Pierre Daum

Le 5 juillet 1962, l’Algérie devient indépendante. Six cent mille Pieds-noirs ont déjà pris le chemin de l’exil, mais quatre cent mille ne sont pas partis. Au premier janvier 1963, plus de deux cent mille Européens et Juifs restent dans leur pays, tentant le pari de l’Algérie algérienne. Ceux-là, qui les connaît ? Depuis un demi-siècle, les seules voix audibles sont celles des Rapatriés de 1962. Et parmi eux, qui entend-on le plus souvent ? Les plus nostalgiques de l’Algérie française, ceux qui affirment qu’ils sont “tous partis”, et qu’ils n’avaient le choix qu’entre “la valise ou le cercueil”. Or, ces affirmations sont fausses. La seule présence, attestée par les archives, de ces deux cent mille Pieds-noirs présents en Algérie en 1963, le prouve amplement.

Après Immigrés de force (Actes Sud, 2009), son premier livre sur les travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale, Pierre Daum nous propose une nouvelle enquête sur un autre aspect méconnu du passé colonial de la France. Il est parti à la recherche de ces hommes et de ces femmes restés dans leur pays, l’Algérie, après 1962. Ceux et celles qui, au lendemain de l’indépendance, n’ont choisi “ni la valise ni le cercueil”. Certains ont quitté leur pays cinq ans plus tard, ou dix ans, ou vingt ans. De nombreux y sont morts, reposant maintenant dans la terre où ils sont nés. Aujourd’hui, quelques centaines y vivent encore.

« Aucune étude approfondie n’avait jusqu’à présent été entreprise sur le sort des Européens et des Juifs restés en Algérie après 1962. Le livre de Pierre Daum constitue dès lors une grande première », affirme Benjamin Stora dans sa préface reprise ci-dessous.

 
 1962 : l’exode de Ghislaine, oranaise ...

La guerre d’Algérie est un événement historique complexe qui a broyé beaucoup de ceux qui l’ont vécu. En novembre 2004, les éditions Bayard jeunesse ont publié un dossier Okapi réalisé par Antoine d’Abbundo, J’ai vécu la guerre d’Algérie, 1954-1962, comportant les témoignages de quatre protagonistes – un appelé du contingent [13], un moudjahid, un harki et une « pied-noire ».

Nous avons choisi, avec l’autorisation de l’éditeur, de reprendre le dernier de ces témoignages, celui de Ghislaine Ruvira, pied-noire d’Oran, qui a dû, début juillet 1962, quitter définitivement l’Algérie, « son pays », « le pays où [elle est] née ». [14].

 
Pierre Nora, “les Français d’Algérie”

Pierre Nora, né en 1931, agrégé d’histoire, éditeur, directeur notamment des « Lieux de mémoire » et académicien français, a enseigné à Oran de 1958 à 1960. Dans son premier livre, Les Français d’Algérie, publié en 1961, un mois avant le putsch des généraux en Algérie, il insistait sur les contradictions et les responsabilités des Français d’Algérie.

La réédition de cet ouvrage est accompagnée d’une préface de l’auteur, ainsi que de plusieurs documents de l’époque, dont une “réponse” de Germaine Tillion et une longue lettre inédite du philosophe Jacques Derrida, dans laquelle le jeune pied-noir prenait la défense de ceux que l’on nommait alors les « libéraux ».

Ci-dessous : un extrait de la préface de la réédition, un enregistrement vidéo de l’entretien accordé à France-Culture le 19 décembre 2012, et un entretien donné au Nouvel Observateur.

 
Emmanuel Roblès : itinéraire d’un engagement, par Jacqueline Roblès Macek

L’association Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons a organisé le 6 décembre 2013 un colloque qui s’est tenu au ministère de l’Éducation nationale, sur le thème Mouloud Feraoun, Emmanuel Roblès : centenaire d’une amitié. Nous reprenons ci-dessous, avec l’autorisation de l’association, l’intervention prononcée à cette occasion par Jacqueline Roblès Macek, fille d’Emmanuel Roblès [*].

 
Les résistances pieds-noires à l’OAS, de Bernard Zimmermann

L’histoire des Européens d’Algérie — les Pieds-Noirs — est encore l’objet de tabous ; la question des résistances pieds-noires à l’OAS en est un. S’appuyant sur des travaux dispersés de diverses disciplines et des témoignages de Pieds-Noirs, Bernard Zimmermann fait le constat des résistances pieds-noires à l’OAS, qui se sont manifestées dans tous les milieux de la société européenne de la colonie. Un constat qui va à l’encontre des idées reçues ayant cours encore dans la société française qui, trop souvent, ne fait pas le partage entre Pieds-Noirs et OAS et abandonne le terrain aux ultras de l’Algérie française. Il donne surtout la parole à ceux qui sont restés des invisibles de l’histoire jusqu’à nos jours.

Bernard Zimmermann est né à Oran dans une famille installée en Algérie depuis quatre générations. Il y a été instituteur dans un village jusqu’en 1966. En France, après des études de géographie, il a enseigné avant d’animer une association interculturelle en banlieue parisienne.

[Première mise en ligne le 18 août 2014]


Mise à jour (le 27 octobre 2014)

Le 12 novembre 2014, à 19 h, rencontre-débat avec Bernard Zimmermann autour de son ouvrage Les résistances pieds-noires à l’OAS :

au 11ème Art, 9 rue Camille Desmoulins, Paris, 75011. Métro Voltaire à 2 minutes. Consommation obligatoire. Possibilité de dîner sur place avec formule spéciale pour les participants.
S’inscrire à cet événement : http://forumfrancealgerie.org/index....

 
Les Européens d’Algérie, par Michèle Villanueva

Durant huit années, du 1er novembre 1954 aux 19 mars (accords d’Evian) et 3 juillet 1962 (reconnaissance par la France de l’indépendance), la guerre d’Algérie opposa l’Etat colonial français à la population algérienne, mais aussi, plus insidieusement, les Algériens qui étaient chez eux et les Européens qui se croyaient chez eux.

Née à Oran dans les quartiers populaires espagnols d’Eckmühl, Michèle Villanueva a raconté, trente ans plus tard, dans un livre attachant L’Écharde, chronique d’une mémoire d’Algérie (éd. Maurice Nadeau, 1992, réédition 1998), la vie pendant la guerre d’Algérie et la complexité des rapports entre les communautés.
Dans un texte écrit en 2014, cette historienne brosse ci-dessous, à grands traits, l’histoire des Européens d’Algérie, en s’attardant sur la période de la présence française.

 
Abdelmadjid Merdaci : les Européens d’Algérie et la guerre de libération

A partir du mois de mai 1962 un nombre de plus en plus important d’Européens faisait le choix de quitter l’Algérie. L’historien Abdelmadjid Merdaci rappelle que, le 17 juin 1962, le représentant du FLN au sein de l’Exécutif provisoire invitait les Européens d’Algérie à accepter les Accords d’Evian et à prendre place dans l’Algérie indépendante, mais c’est le refus de cette option qui a prévalu en leur sein, avec la violence des “Unités territoriales” puis le terrorisme de l’OAS.

[Mis à jour le 22 juin 2016]


 
Le témoignage de François Cerutti, pied-noir devenu pied-rouge

Les Éditions Spartacus publient une réédition augmentée du livre de François Cerutti, « fils de pieds-noirs de vieille souche, insoumis pendant la guerre d’Algérie, partisan de l’autogestion, engagé dans toutes les batailles où s’affirme le désir de liberté », comme le rappelle Mohammed Harbi. C’est le récit du parcours et de l’expérience, y compris en Mai 68 à Paris, d’un insoumis qui n’a jamais abandonné le combat pour « changer ce monde ». On en lira ci-dessous la présentation de l’éditeur, l’avant-propos de Mohammed Harbi et la table des matières.

 
Faire vivre le souvenir de
Raymonde Peschard
par Mohamed Rebah

Mohamed Rebah, ancien élève de Maurice Audin à qui il donnait des leçons particulières de mathématiques, nous a adressé cet article, tout en signalant qu’à Alger, le vendredi 21 novembre 2019, le portrait de Raymonde Peschard a été arboré, place Maurice Audin, par un groupe de femmes. On l’a vu, pour la première fois, en plein centre d’Alger, aux côtés de celui d’autres martyres de la guerre d’indépendance. Raymonde Peschard a été assassinée par les militaires français qui l’avait faite prisonnière, pour dissuader les communistes du PCA à s’engager dans la lutte armée, comme ont été assassinés, « pour l’exemple », dans la même période, Fernand Iveton, Henri Maillot et peut-être pour les mêmes raisons Maurice Audin.

 
De l’Opération Maillot à l’assassinat de Maurice Audin

Lundi 9 décembre, à La Colonie, à Paris, une séance est organisée par le « Maghreb des films ». Autour de la décision, en 1955, du Parti communiste algérien (PCA) de participer à la guerre d’indépendance lancée par le FLN. Il a fondé une organisation armée, les Combattants de la Libération (CDL), et organisé un détournement d’armes françaises pour alimenter le FLN et les CDL. Cela a fait de lui la cible d’une répression particulière. Deux films seront projetés : un documentaire où l’un de ses dirigeants de l’époque relate ces faits et des extraits de « Opération Maillot » de Okacha Touita (2015).

 
Une femme qui lève le poing (Bab-el-Oued mars 1962)

La fin de la préface de Jules Roy à l’ouvrage L’histoire des Français en Algérie, 1830-1962 de Françoise Renaudot [15].

 
1962 : l’exode des pieds-noirs

Au cours de la seule année 1962, plusieurs centaines de milliers de pieds-noirs ont fui l’Algérie, pour venir se réfugier en France. Désemparés, hébétés, ils ont quitté leur pays.

Au cours des années précédentes, combien d’entre eux avaient imaginé qu’ils seraient un jour amenés à abandonner ainsi une terre qu’ils avaient toujours considérée comme la leur ? L’Algérie était leur pays [16]. Ils y vivaient – en dehors de l’Histoire.

De ce monde, les Arabes étaient exclus, à moins d’être domestiques, les fatmas, ou, au travail, les dockers, les ouvriers agricoles ... – ils s’appelaient tous Mohamed. Ce qui n’empêchait pas les gosses arabes et les petits européens de jouer ensemble, d’aller à la même école. Mais ni les mariages mixtes, ni la promotion politique ne sont, ne sauraient être envisagées. “ Si l’un d’entre eux entre au conseil municipal, je tire mon Mauser de la guerre de 14 ”, disait un garagiste. »

Seule une minorité de pieds-noirs avaient envisagé que le pouvoir puisse un jour passer aux Arabes. Marc Ferro, évoquant la signature des accords d’Évian, écrit : « la foudre s’était abattue, alors que le ciel était tout bleu. » [17]