La grande répression d’Alger 1957

publié le 29 novembre 2018
Alexis Jenni : “Paul Teitgen dans l’ombre comptait les morts”

En exergue de son livre L’art français de la guerre, Alexis Jenni cite Pascal Quignard : «  Qu’est-ce qu’un héros ? Ni un vivant ni un mort, un […] qui pénètre dans l’autre monde et qui en revient ».

Alexis Jenni pensait-il alors à Paul Teitgen ? C’est tout à fait vraisemblable, car un peu plus loin dans son livre on peut lire cet extrait qu’il nous a aimablement autorisé à reprendre. [1]

 

Lancement du site
« Alger 1957 -
Des Maurice Audin par milliers »

Au lendemain de la déclaration du président Macron reconnaissant que Maurice Audin a été torturé et tué par des militaires français, un site internet a été créé par l’Association Maurice Audin et notre site histoirecoloniale.net. Avec le soutien de « l’Humanité », « Mediapart », « Politis », « Témoignage chrétien » et « El Watan », et des associations Mrap, LDH, Acca et Sortir du colonialisme. Il publie plus de mille notices individuelles de « disparus », appelle à apporter des compléments sur les cas présentés et à en communiquer d’autres.

 
Le site 1000autres.org suscite de nombreux témoignages

Lancé deux jours après la déclaration du président Macron disant que Maurice Audin a été tué en 1957 par des militaires français dans le cadre d’un système organisé de torture et de disparitions forcées, le site « 1000autres.org » a provoqué de nombreux articles et témoignages. En une semaine après sa mise en ligne à l’initiative de l’Association Maurice Audin et de notre site, les messages adressés par des familles permettent de confirmer que plus de 25 personnes qui faisaient l’objet d’une notice sur ce site ne sont plus jamais réapparues.

 
Le site « 1000autres.org » réveille en Algérie des mémoires enfouies

La déclaration d’Emmanuel Macron, le 13 septembre 2018, sur la responsabilité de la France dans l’assassinat de Maurice Audin et le système de torture établi alors, a été saluée en Algérie. Cela a fait ressurgir nombre de mémoires enfouies sur une répression qui a frappé des milliers de familles algériennes. Nous publions l’article de Rachida El Azzouzi publié par « Mediapart », ainsi qu’un bilan des premiers témoignages reçus par le site « 1000autres.org », par l’un de ses animateurs, Fabrice Riceputi.

 
Des milliers d’autres Maurice Audin…
Combien ?

La reconnaissance par l’Etat français de sa responsabilité dans l’assassinat de Maurice Audin et dans l’instauration d’un système de terreur à Alger en 1957, ainsi que la mise en ligne du site 1000autres.org, ont fait ressurgir une question à laquelle se heurtent les historiens sur toutes les répressions coloniales : celle de leur bilan humain, toujours dissimulé, souvent falsifié et rendu très difficile à établir avec certitude. Ainsi, combien y eut-il de disparitions forcées durant la Grande répression d’Alger en 1957 ? Nous publions à ce propos un article publié par ’« El Watan » à partir d’un entretien avec Benjamin Stora, des précisions sur les archives par Fabrice Riceputi, ainsi qu’un long entretien filmé avec Raphaëlle Branche dans l’émission « La grande H. »

 
1000autres.org : histoire, connaissance et reconnaissance, par Malika Rahal
et Fabrice Riceputi

L’association Maurice Audin et histoirecoloniale.net ont mis en ligne le 15 septembre 2018 un site internet comportant les notices individuelles d’un millier « d’autres Maurice Audin », enlevés en 1957 par l’armée française comme le jeune mathématicien communiste algérien, victimes comme lui du système de terreur alors instauré délibérément par le gouvernement de Guy Mollet dans le département d’Alger. Un appel à l’identification de ces derniers ainsi qu’au témoignage de leurs proches était ainsi lancé. Après deux mois et demi, Malika Rahal et Fabrice Riceputi en font ici un bilan d’étape.